• Citroën C6 Athena

     

    C6 Athéna est une interprétation personnelle de la remplaçante de la Citroën XM, et ce bien avant l'apparition de la C6.

    Athéna, la déesse grècque de la pensée et des arts, avait pour surnom Pallas. Citroën utilisa le vocable "Pallas" en 1964 pour designer une DS luxueuse. La CX, remplaçante de la DS, exista aussi en finition "Pallas" mais connu également une exécution "Athéna" très proche.



    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    phiiil Profil de phiiil
    Mercredi 28 Avril 2010 à 13:19
    Dévoilé en 1999, le concept-car "C6 Lignage" laisse augurer d'une limousine CITROËN digne des "DS", "CX", et dans une moindre mesure de la "XM". Pour asseoir une certaine légitimité à ce niveau de gamme, la marque aux chevrons puise dans son histoire et distille dans son prototype d'habiles références aux modèles qui ont fait sa renommée et sa gloire.
    Partant de ce principe, j'ai imaginé une luxueuse limousine issue de ce concept mais présentant une identité néanmoins différente tout en étant "terriblement CITROËN"! Longue, fluide, aérodynamique, la "C6 Athena" (dont le patronyme lui-même fait appel à 2 modèles de luxe de l'histoire de la marque: la "C6" de 1929 et la "CX Athena") offre tout à la fois les volumes d'une berline 5 portes, d'un coupé (par sa hauteur réduite) et un monospace (par sa forme quasiment monovolumique).

    La carrosserie joue sur l'opposition de surfaces et de graphismes concaves et convexes. Ainsi les rampes de phares s'étirent très largement sur les ailes au moyen de courbes et contre-courbes qui viennent esquisser le capot et l'avancée des ailes, proéminentes par rapport à la calandre. Ce jeu concave-convexe apporte de la finesse aux phares, et l'on retrouve ce graphisme dans les bananes chromées de pare-chocs (qui prolongent encore visuellement les optiques), les montants de pare-brise ou encore la calandre aux extrémités pincées. De la fin des phares naît un creux d'aile se prolongeant jusqu'aux portes arrière et qui vient ourler les vitres avant. La ceinture de caisse repart vers l'arrière en contournant les ouvertures de portes triangulaires comme dessinées par le vent. Le motif de l'aile d'oiseau se retrouve au-dessus des roues arrière dans la forme des bavolets (dont CITROËN s'était fait jadis une spécialité) qui viennent prendre appui dans les portières arrière. Leur découpe inférieure en arc de cercle est soulignée d'une baguette chromée qui délimite les portes et se prolonge vers l'avant par la découpe de pare-chocs.

    La découpe des portières se veut discrète, d'une part en étant masquée à la base par cette baguette chromée, mais aussi par son dessin à l'avant: la découpe vient littéralement se jeter dans les passages de roues avant pour en prendre la forme. Ce dessin évite aussi une certaine rigidité visuelle due à une porte qui tomberait droit. Alors, les portes avant et les phares donnent le sentiment de s'étirer pour se rapprocher, signe de dynamisme. Le vaste pare-brise relayé par un pavillon en verre gage de luminosité, surplombe un large capot dont le pli central se prolonge jusqu'à la jupe de pare-chocs, créant ainsi un jeu de lumière entre les parties gauche et droites de la voiture soumises à des incidences lumineuses différentes. Ce pli est aussi induit par les chevrons dont la forme diédrique se retrouve dans la découpe centrale de calandre, dans celle du pare-chocs et dans l'emplacement de la plaque minéralogique. Cette dernière se retrouve sous verre (pour assurer la continuité des surfaces) comme une certaine "SM". Dans un grand mouvement souriant, elle s'intègre dans une découpe qui comprend aussi la prise d'air et les phares antibrouillard. Cet ensemble s'inscrit entre les plis de capot qui se prolongent dans le pare-chocs et viennent séparer visuellement les ailes. Un pare-chocs qui, par ailleurs, n'a plus rien d'une pièce rapportée et fait partie intégrante de la carrosserie. Le vitrage latéral très étiré dans un vif arc de cercle, concourt à la fluidité du véhicule, tout comme la présence de caméras qui permettent de s'affranchir de rétroviseurs.

    Alors, en conciliant de généreux volumes à une certaine finesse, style qui a réussi à l'AUDI "A6", la "C6 Athena" retrouve les thèmes de la marque qui ont marqué les modèles "DS", "SM" et "CX" et, tout en renouvelant le genre en s'inscrivant dans une esthétique d'avant-garde, assure la pérennité d'une entreprise qui avait marqué les esprits dans le domaine de la grande routière luxueuse.

    dessins et texte septembre 2000


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :